• Résidence Bordeaux - 19 Avril 2018

Immobilier Bordeaux : la 2ème ville la plus chère de France

À Bordeaux, le prix du mètre carré a dépassé celui de Lyon et de Nice, propulsant la capitale girondine à la seconde place de la liste des villes les plus chères de France.

Quelles sont les raisons qui ont entraîné cette hausse des prix de l’immobilier ? Et quels en sont les impacts ? Nous vous l’expliquons en détail dans notre article.

Quelles sont les causes d’une telle hausse ?

Selon les données publiées par l’étude des Notaires de France, la hausse des prix de l’immobilier a été constatée essentiellement sur les prix des logements anciens. Le mètre carré médian a en effet augmenté de 12% pour atteindre les 4 363 €. La Belle Endormie s’est donc réveillée pour de bon !

Bordeaux est une ville agréable à vivre qui intéresse chaque année 10 000 nouveaux habitants, qu’ils soient salariés ou étudiants. L’inflation des prix de l’immobilier à Bordeaux s’explique aussi en grande partie par l’arrivée de la LGV, la Ligne à Grande Vitesse reliant dorénavant la ville de Paris à Bordeaux en deux heures seulement contre 3h15 avant. Bordeaux attire ainsi de plus en plus les Parisiens, qu’ils soient investisseurs ou primo accédant. Résultat : la demande est forte et les biens recherchés sont rares…et chers !

Les conséquences directes sur le pouvoir d’achat

Évidemment, cette montée des coûts a eu de nombreux impacts. Beaucoup de ménages sont contraints d’acheter en périphérie, le prix du mètre carré en centre-ville pouvant frôler les 8 000 € ! D’autres choisissent de rester locataires puisque les loyers ont baissé de 0,3% depuis le mois de novembre 2017, d’après l’observatoire Clameur.

En conséquence, le pouvoir d’achat des habitants a été impacté par la montée des prix et on compte très peu de Bordelais parmi les propriétaires en centre-ville. Pour les foyers qui ont encore la possibilité et les moyens d’acquérir une maison ou un appartement dans le triangle d’or, l’augmentation des coûts leur a fait perdre 10 mètre carré, l’équivalent d’une pièce, même si les taux de crédit immobilier sont restés stables. En effet, les taux de prêt immobilier dans le sud-ouest en février 2018 se situent autour de 1.8% sur 20 ans et 2% sur 25 ans. La montée des prix a donc provoqué la baisse du pouvoir d’achat des emprunteurs.

Par ailleurs, ce ne sont pas uniquement les résidents de Bordeaux qui sont pénalisés par cette hausse des prix. Nantes a également subi une augmentation, de plus de 6% diminuant ainsi le pouvoir d’achat de 4 mètre carré, tout comme à Marseille.

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire